Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 10 mars à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Xavier Chevalier : "Le Kronprinz, mythes et réalités".

 

 

 

20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 09:37

        Après toutes ces frayeurs, je retourne à l'atelier de réparation à Hanovre.
Je suis alors appelé dans le bureau du chef d'atelier.
Je me retrouve avec deux autres requis. Delchambre, un marnais, et Noisier, un parisien surnommé "La Riflette". Nous ne nous faisons pas d'illusions sur notre présence ici. Nous savons très bien que ce n'est pas pour y recevoir des félicitations, mais plutôt pour une engueulade pour notre comportement au travail. Pour ma part ce sont les discussions avec les deux Russes et le Chleu à lunettes à qui je ne conviens pas. Pour Delchambre et Noisier, c'est la flemmarderie aiguë. Le chef d'atelier a fait appeler un interprète en la personne d'un prisonnier de guerre qui nous traduit :
« Les petits gars, je crois que vous avez fait le con.» Il nous parle de camp de discipline. « Demain, il faut vous présenter devant l'atelier avec votre barda ». Ce n'est pas un problème pour nous. Je veux dire question barda, car nous avons tout perdu dans l'incendie de notre baraque.
Le lendemain comme convenu, nous nous présentons devant l'atelier. Un Allemand, garde à l'usine, nous y attend. Nous ne sommes pas très fiers, et nous nous interrogeons sur notre future destinée.
Nous prenons le train avec notre garde du corps, et par une étrange coïncidence, nous nous retrouvons sur la plate-forme arrière avec un parachutiste américain, le parachute en vrac dans les bras. Dans la nuit il y avait eu une alerte aérienne et probablement qu'un avion avait été abattu. Le parachutiste est gardé par un officier allemand.
Le parachutiste nous regarde et se doute probablement que nous ne sommes pas des Allemands. Il sort de sa poche une cigarette et nous fait signe de la main pour avoir du feu. Nous n'osons pas bouger. L'officier allemand nous dit en français : « Donnez-lui du feu, qu'est-ce que vous attendez ? » Nous en sommes restés béats et c'est presque en tremblant que Delchambre se dévoue.


    Cet incident passé, quelle ne fut pas notre surprise quand à la descente du train, nous voyons notre gardien nous accompagner au camp de Stöcken. Il nous présente à un gardien qui nous conduit à l'usine de Stöcken dans l'atelier de réparation.
Chef d'équipe, August Banke. Il nous regarde en nous narguant : « Voilà les fameux spécialistes de Hanovre » nous dit-il. A côté de lui, un prisonnier de guerre, Monsieur Grossi, de Montargis, lui sert d'interprète. Il parle très bien allemand et nous rassure immédiatement. Dans l'atelier, il s'occupe un peu des ouvriers français, il arrangera bien des choses tout en sabotant le boulot dès qu'il en aura l'occasion.
Je continue mon travail de réparateur de pneus. Remettre entièrement une toile à l'intérieur n'est pas toujours très simple car cela fait des plis. Grossi, qui en France travaille dans les pneumatiques, me dit : "Ne te casse pas la tête, colle la toile comme tu peux, moi je ferai les épissures". Muni d'une paire de ciseaux, il découpe dans la toile un peu de gomme par dessus et le tour est joué. Le pneu servira à une voiture hippomobile.
Par la suite, je m'aperçois que notre August n'est pas très nazi, il ferme les yeux sur bien des choses. Un jour, il dit « Viens me voir !», et me montre dans une pièce des pneus défectueux ne pouvant pas servir pour une voiture automobile, il comprenait le pas très sérieux de notre travail mais n'en disait rien. Il faut reconnaître que nous avons eu de la chance, cela aurait pu être beaucoup plus tragique.
Je me souviens d'une anecdote. Un jour l'Allemand qui distribuait le petit lait avait jugé bon de ne pas m'en donner. Mon August est allé lui passer un savon et est revenu avec du lait entier à mon intention.

A suivre...



16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 11:39
    À la suite de la publication de l'article sur Eugène Andrieux, M. Hamel nous a adressé ce courrier rappelant des faits similaires à ceux qui conduisirent à l'arrestation de cet habitant de Machault, avec des conséquences moins tragiques (voir Ami, si tu tombes).

    Un fait presque identique s'est produit le lendemain 13 mai 40 à la ferme de la Faisanderie à Tagnon. Mathurin Loric n'a pas tué un parachutiste abattu, mais un agent de la « cinquième colonne » largué et tombé dans son jardin.

Ce 13 mai à 7h 30, Mathurin Loric qui vient de terminer le pansage de ses chevaux, sort de l'écurie pour aller prendre son petit déjeuner. Il est étonné de constater que le ciel, qui était bien bleu, est maintenant bizarrement couvert. Là-haut, au-dessus, les escadrilles de bombardiers allemands, comme depuis trois jours, vrombissent de plus belle. Le ciel ardennais est devenu un chaudron sonore. Tout en buvant son café, Mathurin écoute un bourdonnement incongru, plus grêle, un plus petit appareil tourne à l'aplomb de chez lui et il insiste. Il décroche son 12 chargé et sort. Crevant la voûte grise, un parachutiste tombe dans son potager, avant qu'il n'ait eu le temps de se récupérer, Mathurin est sur lui, l'homme a un geste vers sa ceinture, le fermier plus prompt a pressé la détente le touchant en pleine poitrine. Ce n'était pas un aviateur en difficulté que Mathurin venait de tuer, mais un agent de la « cinquième colonne ». Déjà, la préparation du largage par la diffusion de nuages artificiels, le fait qu'il soit en civil sous sa combinaison, qu'une moto de marque française plausiblement immatriculée le suive accrochée à un second parachute, tous ces éléments le prouvent.
Après son retour d'exode, Mathurin Loric, dénoncé par un forestier voisin, se défendit mordicus, mettant sur le compte de la jalousie cette dénonciation. Bien sûr, il eut maille à partir avec la police allemande dès septembre 1940, mais il bénéficia de circonstances favorables. En effet, le cadavre rigide de la veille fut récupéré sans discernement avec ceux du Heinkel 111 abattu le lendemain 14 mai à 10 heures du matin par l'armée et la prévôté française. Les deux parachutes et la moto ayant été enterrés sous un stock de bois dans une ancienne tranchée de 14-18, la police allemande n'ayant pu réunir toutes les pièces du puzzle, abandonna les poursuites contre Mathurin qui s'est heureusement tiré de cette affaire. Cette moto remise aux Domaines fut rachetée par mon père après la guerre. Ayant roulé dessus, je vous assure qu'elle avait du nerf.

Dans La bataille de Rethel (éditions Terres Ardennaises), citant un extrait du rapport d'étapes, Robert Marcy écrit :
- « 13 mai 40 à 7h 30, un parachutiste est aperçu descendant entre Acy-Romance et Tagnon. »
- « 14 mai 40 à 10 heures, combat aérien au-dessus de Rethel.»

Tout ceci corrobore bien mon récit.
J'ai assisté de visu à ce combat aérien, avec trois chasseurs anglais blancs et noirs, j'ai vu les cinq paras s'éjecter de l'avion, moteur droit en flamme. J'ai vu également le dernier appareil anglais faire demi-tour et mitrailler aux bout de leurs suspentes les cinq parachutistes qui sont allés se poser là-bas vers la Faisanderie, au-delà de Moinmont.
Mathurin Loric est devenu l'adjoint de mon père Charles Hamel au groupe « Lorraine » d'Avançon, il l'a remplacé après son arrestation pour espionnage le 25 avril 44, et c'est chez lui que je me suis réfugié après mon arrestation du 29 juin 44 et mon évasion de la prison de Rethel le 2 juillet 44.

Mathurin n'en avait pas fini de sitôt avec les Allemands puisque quinze jours après la libération, il eut encore affaire à eux, des traînards qui cherchaient à regagner leur lignes en forçant les fermes isolées à les ravitailler. Là encore, ils sont tombés sur un bec ! Deux à l'hôpital de Rethel et le troisième fait prisonnier rejoignant ses congénères au sous-sol du « Sanglier des Ardennes » (à Rethel) redevenu ardennais.

Je lui dois bien ce devoir de mémoire !

Marc HAMEL, le 6 juin 2007
Published by philippe lecler - dans Des hommes
commenter cet article
9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 17:42
   
    Je travaille une semaine de jour et une semaine de nuit. Cela me permet de passer des morceaux de toile qui me serviront, par la suite, à faire des chaussettes russes.
Je suis avec des prisonniers de guerre transformés. Ils ont quitté leur stalag et sont dans notre camp. Une loi passée avec Vichy permet aux PG de pouvoir devenir des PG transformés, c'est-à-dire, libres. Une liberté toute fois bien minée mais qui les autorise à pouvoir sortir. II ne faut pas se leurrer, cette liberté est des plus précaire et étroitement surveillée par la Gestapo.
Dans la piaule, je me trouve avec onze PG et cinq requis. II n'y a aucune distinction entre nous. II faut savoir que le camp de Stöken est cosmopolite : outre les Français, des Polonais, des Croates, des Danois, des Hollandais des Belges et des Espagnols s'y trouvent.Le temps passe lentement Les alertes aériennes se font de plus en plus nombreuses. Quand nous sommes au camp la journée, nous regardons les vagues d'avions passer très haut dans le ciel, en formation très serrée, tout en pensant à ceux qui vont déguster.

    Nous quittons le camp de Stöken, qui est vidé de tous ses occupants, pour faire place à des détenus juifs Polonais. Je me retrouve au camp de Krigchul, toujours avec des PG transformés. Le camp est déjà occupé par des « Badoglios » (soldats italiens déserteurs de l'armée du Maréchal Badoglio et faits prisonniers par les Allemands).
Le camp est plutôt mal situé : il est placé dans un endroit marécageux, pas très propre. L'hygiène douteuse fait que nous sommes envahis de punaises. Elles sont parachutées sur nous quand nous sommes couchés. Involontairement, nous en écrasons. Cela pue ! C'est infect !
Les puces sont elles aussi de la partie ainsi que les poux qui nous rongent le corps. Entre les morsures et les démangeaisons, quelle galère ! Qui plus est, pas facile de s'en débarrasser.
Je me souviens que je portais un pantalon de grosse toile de l'armée française teint en bleu foncé que ma mère m'avait fait parvenir par l'intermédiaire du Secours Catholique. Cela me démangeait tellement que je ne cessais de me gratter entre les cuisses. Un soir, n'y tenant plus, je finis par baisser le pantalon. Quelle horreur-! C'est impensable ! Dans le fond, je découvre une plaque de lentes aussi large que ma main. II m'a fallu frotter et nettoyer toute cette saleté avec les moyens du bord ; nous n'avions guère de choses pour nous nettoyer correctement : pas d'eau chaude, peu de savon, un rasoir que nous nous prêtions avec des lames bien fatiguées (même nous raser devenait une corvée).

    Se laver n'est pas chose facile. Les douches n'existent qu'à l'usine. Au camp, seul un grand lavabo collectif comprenant un grand bac avec un tube percé sur le dessus est installé. Les WC ne sont en fait qu'un grand bac en ciment équipé d'une barre en bois pour nous permettre de nous appuyer. Nous nous trouvons dos à dos. Inutile de dire l'horreur dans ces bacs ! Heureusement, notre séjour dans ce camp est de courte durée puisque nous regagnons le camp de Stöken (les détenus juifs Polonais ont été emmenés on ne sait où). Nous retrouvons les piaules, les châlits dans un bien triste état et beaucoup de paillasses sont tachées de sang. Je dors tout habillé, enroulé dans une couverture grise que j'ai récupérée au camp de Krigchul. Après ces deux années, je n'ai plus grand'chose à me mettre. Outre le pantalon de grosse toile bleue, je porte un maillot kaki qu'un PG m'a donné.

A suivre...
3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 08:20
           

        Yanny  Hureaux, qui m'avait fait l'honneur de préfacer L'affaire des Manises, vient de consacrer une de ses célèbres chroniques à Hélène Cyminski (dans l'édition du 2 juin de l'Ardennais). Qu'il en soit vivement remercié.
Nous attendons maintenant que la municipalité de Rethel nous fasse part de ses projets quant à la pérennité de la mémoire de cette famille dans la ville...
A suivre...