Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 12 mai à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Grégory Kaczmarek : "La grande grève revinoise de 1907 : cinq mois de combats ouvriers".

Vendredi 16 juin à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Philippe Lecler : "Pol Renard, un héros de la Résistance".

 

 

4 février 2006 6 04 /02 /février /2006 13:53
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       
 
       
       








           
   
        Au printemps 1944, la Gestapo de l'avenue Foch, secondée par des miliciens venus de Saint-Quentin, opéra dans la région de Rethel des rafles visant à détruire le réseau d’évacuation d’aviateurs alliés mis en place par Charles Saint-Yves, dans le cadre de
l'affaire dite "des parachutistes". Le 6 avril, après l’arrestation de la famille Sagnet à Ecordal la semaine précédente, les miliciens commandés par Henri Nicolas, accompagnés d’Allemands du SD de Charleville, procédèrent aux arrestations à la ferme du Chesnois à Alland’huy.
Furent arrêtés ce jour-là : Georges Fromentin, 59 ans, Georgette Fromentin, 55 ans, Jean Fromentin, 24 ans, Lucienne Fromentin, 33 ans, Robert Couvin, le commis de culture, âgé de 18 ans. Celui-ci se souvient :
 
« Quand nous sommes arrivés aux bureaux de la Gestapo à Charleville le 6 avril au matin, “ Nicolas ” était là, un bel homme encore jeune, d’à peine 40 ans, qui nous désignait par nos noms quand nous sommes passés devant lui. Il savait tout. Quand ce fut mon tour, il a dit : “ Ca c’est l’ouvrier de la ferme, c’est lui qui fait le guet…” Il m’avait déjà vu bien sûr, car il était venu à la ferme auparavant, en se présentant comme faisant partie de la filière. Je crois qu’il était venu chercher des Américains… Jusqu’au 27 juin, nous sommes restés enfermés à la prison de Charleville. Deux fois j’ai été interrogé par la Gestapo, rue de Tivoli, puis avenue Nationale. Les interrogatoires étaient menés durement, les autres personnes de la ferme ont essayé de me disculper des accusations qui étaient portées contre moi, mais pour les Allemands l’affaire était entendue. A la prison, deux officiers en grande tenue sont venus nous porter la sentence : “ Vous êtes condamnés aux travaux forcés ”. On est parti quelques jours après. Un des gardiens nous avait dit, à l’énoncé de cette peine : “Nicht gut !”
Puis, nous avons été transportés, dans des camions de déménagement de Charleville réquisitionnés avec leurs chauffeurs. On ne savait pas trop ce qui nous attendait.
Les hommes et les femmes furent séparés. Nous fûmes emmenés au camp de Compiègne, puis déportés à Dachau ; les femmes à la prison de Romainville, puis déportées au camp de Ravensbrück. »
 
Aucun des membres de la famille Fromentin ne devait revenir des camps.
Georges Fromentin est mort à Dachau le 8 février 1945.
Georgette Fromentin est morte à Ravensbrück le 6 mars 1945.
Jean Fromentin est mort à l’hôpital militaire de Colmar, après la fin de la guerre, le 12 juin 1945.
Lucienne Fromentin est morte à Warenn (Allemagne) le 8 mai 1945.
Seul Robert Couvin revint d’Allemagne où il avait été détenu avec les autres hommes du réseau (on retrouvera cet épisode, ainsi que le témoignage complet de Robert Couvin, dans Ami si tu tombes).
Une plaque rappelant les faits a été apposée par la FNDIRP sur un mur de la ferme, près du portail d'entrée. On peut y lire aussi :" Passant, n'oublie jamais : leur sacrifice pour notre patrie te permet de vivre libre."
 

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Des lieux
commenter cet article

commentaires