Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 10 mars à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Xavier Chevalier : "Le Kronprinz, mythes et réalités".

 

 

 

16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 07:13

Ci-dessous, la notice biographique de Maurice Harinte, qui remplace celle déjà publiée et qui s'avèrait érronée. Le nom de Maurice Harinte est inscrit sur la pierre du mémorial de Berthaucourt à Mézières. Il vient s'ajouter à liste des victimes de l'occupation nazie en France recensées dans le Maîtron des fusillés, exécutés, abattus grâce à qui ces nouvelles informations me sont parvenues.

HARINTE Maurice, Jules, Alberic, né le 22 juin 1920 à Tournes (Ardennes) ; sous-lieutenant des FFI, disparu en déportation.

Fils de Léon Harinte, garde champêtre, et de Jeanne Mélanie Daniel, sans profession, Maurice Harinte fut adopté pupille de la Nation. Il était représentant et était domicilié avant la guerre à Château-Regnault (Ardennes). Ancien membre des maquis du sud-ouest, Maurice Harinte avait rejoint la région Nord au début de l’année 1944, après que les deux derniers maquis auxquels il avait appartenu avaient été décimés par les forces du maintien de l’ordre.

Affecté en février 1944 comme adjoint au chef de l’OCM de l’arrondissement de Soissons (Aisne), il fut ensuite nommé officier de liaison et instructeur saboteur dans l’Aisne. À ce titre, il participa à de nombreuses opérations de sabotage des installations allemandes.

Le sous-lieutenant des FFI Maurice Harinte fut rattaché à partir de mai 1944 à l’état-major FFI du nord de la France. Il continua à assurer les liaisons avec les centres de Saint-Quentin (Aisne), Laon (Aisne), Vervins (Aisne), et ce dans des conditions très difficiles du fait des contrôles fréquents sur les routes. Il fut par appréhendé à deux reprises par la police allemande, à Hirson (Aisne) et à Vaux-Andigny (Aisne), mais son calme et son sang-froid lui permirent à chaque fois de s’en sortir sans encombre. Il fut arrêté par la police allemande lors d’un contrôle routier le 23 août 1944 à la sortie du village de Neuvilly (Nord), alors qu’il effectuait une mission avec le capitaine FFI François Bernard.

Incarcéré à la prison de Cambrai, puis à celle de Valenciennes (Nord), son nom figure sur la liste des déportés du « Train de Loos » parti le 1er septembre depuis la gare de Tourcoing (Nord) en direction de l’Allemagne. Il disparaît dès cet instant. Son corps ne fut jamais retrouvé.

Sources : DAVCC, Caen, dossier communiqué par D. Lenglet.

Partager cet article

Published by philippe lecler
commenter cet article

commentaires