Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 10 mars à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Xavier Chevalier : "Le Kronprinz, mythes et réalités".

 

 

 

20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 08:07

« Le dynamisme des historiens ardennais a déjà permis de la publication de nombreux articles dans les revues des sociétés savantes et de synthèses sur les Ardennes durant la Grande Guerre. Mais, au-delà du nécessaire point d’étape dans le contexte du centenaire de la Grande Guerre, ce recueil d’articles montre le surgissement de nouvelles thématiques notamment nourries du renouveau de l’histoire culturelle et sociale de la Première Guerre mondiale. La découverte de nouvelles archives, en particulier à l’occasion de la Grande Collecte menée en 2013 par les Archives départementales des Ardennes, permettra d’abonder ces recherches en devenir. »

Extrait de l’introduction rédigée par Philippe Nivet.

 

couv

Une publication des éditions Terres Ardennaises, de la Société d'Histoire des Ardennes, et de la Société d'Histoire et d'Archéologie du Sedanais. S’il n’y en a qu’une à acquérir sur le sujet, c’est sans doute aucun celle-là. Clarté des exposés, richesse de l’iconographie pour l’essentiel inédite, développement de nouvelles thématiques jusqu’aujourd’hui absentes de l’historiographie traditionnelle sur le sujet dans les études régionales (collaboration, résistance…).  Un très beau livre et une très grande réussite qui démontre une fois encore le talent des historiens ardennais.

 

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Actualité
commenter cet article

commentaires