Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 10 mars à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Xavier Chevalier : "Le Kronprinz, mythes et réalités".

 

 

 

5 juin 2006 1 05 /06 /juin /2006 16:37

    Situé au nord des Hauts-Buttés, sur le plateau ardennais, le terrain « Bohémien » (aussi appelé « Cheville »), fut homologué pendant l’été 1943 sur l’initiative d’Henri Moreau, responsable départemental du B.O.A., et du capitaine des douanes Lucien Leverd.
Le terrain reçut son premier parachutage à destination de la Résistance ardennaise dans la nuit du 20 au 21 septembre 1943, réceptionné au sol par l’équipe Machaux des Hauts-Buttés.

 

    Le second parachutage sur « Bohémien » eut lieu dans la nuit du 7 au 8 mai 1944, à destination du Maquis des Ardennes (24 containers cachés dans les bois de Revin).
Lucien Leverd décrivit l’effet du parachutage du 21 septembre sur les hommes qui l’attendaient avec tant d’impatience (publié dans L'affaire des Manises):

 

« Il est une heure du matin. Il y a un beau clair de lune. Tout à coup, un bruit de moteur se fait entendre dans le lointain. Chacun tend l'oreille anxieusement. Le bruit se rapproche-t-il ? Est-ce un moteur d'avion allemand ou anglais ? Cette fois serait-elle la bonne ? Oui, le bruit du moteur s'entend de mieux en mieux dans le calme dans la nuit et l'avion arrive juste au-dessus du terrain à quelques centaines de mètres de hauteur. On l'aperçoit maintenant très distinctement, c'est un gros avion de transport. Le message convenu lui est passé par morse au moyen d'une pile électrique. Le pilote de l'avion répond. Cette fois, il n'est plus possible de douter, c'est bien l'avion si impatiemment attendu. Les feux rouges destinés à signaler l'emplacement exact du terrain s'allument. Les dispositions des lampes doivent également indiquer au pilote la direction du vent. Après avoir décrit quelques larges cercles au-dessus du terrain, le pilote dirige son avion droit sur les feux rouges et à environ 200 mètres de hauteur ouvre la trappe qui laisse échapper le précieux chargement. Dans le ciel, on a l'impression de voir pousser de gros champignons, ce sont les parachutes qui s'ouvrent les uns après les autres. I1 y en a de couleurs diverses. Chacun essaye de les compter afin de ne pas en oublier sur le terrain ce qui pourrait être catastrophique. Ils descendent lentement. Puis un bruit de ferraille, les containers viennent de toucher terre. A terre, c'est l'émerveillement. Les hommes sautent de joie sans même penser au danger qu'ils courent. Cet avion qui tourne au-dessus et si près de nous est un avion ami. Il nous apporte à la fois l'espérance et les moyens de lutter contre l'envahisseur. Sans perdre de temps, les parachutes sont décrochés, soigneusement roulés, et avec de gros bâtons, par équipe de quatre hommes, les containers qui pèsent de 150 à 250 kilogrammes sont transportés dans les bois avoisinants et soigneusement dissimulés dans les fourrés. Lorsque le jour pointa, tout était rentré dans l'ordre. Ce fut le premier parachutage des Ardennes [N.d.a. : il y en avait déjà eu deux auparavant, en mai et juin 1943, à destination du maquis du Banel]. Les containers consistaient en explosifs qui furent utilisés pour les sabotages et en armes légères, mitraillettes “Sten” et revolvers qui servirent à armer en partie les équipes de parachutages. Faute d'armes, la première opération s'est effectuée sans aucune sécurité. »

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Des lieux
commenter cet article

commentaires