Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 12 mai à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Grégory Kaczmarek : "La grande grève revinoise de 1907 : cinq mois de combats ouvriers".

Vendredi 16 juin à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Philippe Lecler : "Pol Renard, un héros de la Résistance".

 

 

6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 10:42

En ce début d'année 2010, je suis heureux de vous annoncer que le conseil municipal de la commune de Sault-les-Rethel va donner le nom de Pierre Labar à une impasse menant à un nouveau lotissement, actuellement en chantier. Cette décision rend justice au résistant que fut Pierre Labar, tué par les Allemands à Sault-les-Rethel le 8 août 1944.

Pierre Labar est l’un des fondateurs des groupes F.T.P. qui prirent naissance dans la région de Saint-Germainmont en 1943.

Né le 14 mai 1905 à Saint-Germainmont, Pierre Labar, entrepreneur en maçonnerie domicilié en cette commune, avait été mobilisé lors de la déclaration de guerre au 174e Régiment de forteresse. Fait prisonnier en juin 1940 puis versé au Stalag 11B, près de Hanovre, il réussit à se faire rapatrier le 25 novembre 1941 après avoir falsifié sa carte d’identité militaire. Il se réfugia alors avec sa famille en zone non-occupée, dans l’Ariège, avant de rentrer au début de 1943 dans les Ardennes, et de reprendre son activité.

Ses contacts quotidiens avec Léon Hourlier, à Saint-Germainmont même, avec Armantine Carlier, Jean Levasseur, et d’autres partisans de Blanzy-la-Salonnaise ne peuvent être étrangers à son engagement dans la lutte clandestine à la fin de l’année 1943.

Au début de 1944, la venue d’un envoyé du comité militaire national des FTP, René Houzé, dit « Achard », puis celle de Pierre Luizard, alias « Capitaine Pascal », bouleversait l’organisation clandestine qui prit une ampleur inattendue avec le parachutage de « Dame Blanche » le 20 mai 1944, auquel Pierre Labar participa, puis la fondation de la 5e Compagnie F.T.P du Secteur sud des Ardennes sous les ordres de Fernand Deléam.

Son expérience militaire, sa maturité et ses qualités d’organisateur valurent à Pierre Labar d’être nommé sous-lieutenant dans le maquis formé par « Pascal » dans la région de Roizy au moment du débarquement (maquis « volant » qui allait devenir la 2e Compagnie FTP des Ardennes).
Chargé avec trois autres jeunes maquisards de saboter une ligne téléphonique à Sault lès Rethel dans la nuit du 8 août, il fut surpris par une patrouille allemande. Après un échange de coups de feu pendant lequel ses complices prirent la fuite, Pierre Labar, grièvement blessé, fut achevé d’une rafale de fusil-mitrailleur par un soldat allemand.


Pierre Labar fut décoré, à titre posthume, de la Croix de guerre avec palme et de la Légion d’Honneur.

Une rue de Saint-Germainmont porte son nom qui est inscrit sur le monument aux morts du village. Son nom est inscrit sur le Mémorial de Berthaucourt.

 

  264


     Documents et témoignages


     Rapport du Lieutenant Dostes, commandant la section de gendarmerie de Rethel, du 8 août 1944


 « Dans la nuit du 7 au 8 août 1944, un acte de sabotage a été commis aux lignes téléphoniques locales Rethel-Ambly-Fleury sur le territoire de la commune de Saul-les-Rethel (Ardennes), au lieu dit « la Vignette ». Six poteaux ont été sciés à 1 m. de hauteur et les fils sectionnés entre les poteaux, sur une longueur de 500 m. environ.

Les communications téléphoniques sont interrompues avec toutes les localités entre Rethel et Ambly-Fleury […]

Quatre individus ont été surpris dans la nuit par la Feldgendarmerie de Rethel sur les lieux du sabotage. L’un d’eux, armé d’un fusil d’origine étrangère, a été tué au cours de l’opération.

Il s’agit de LABAR Pierre Louis, né le 14 avril 1905 à Saint-Germainmont (Ardennes), y demeurant. Sa femme a été prévenue par la Feldgendarmerie.

Les trois autres individus sont activement recherchés. »


(Sources : Archives départementales des Ardennes, 1 W 39 (« Sabotages d’établissements industriels, de lignes téléphoniques et télégraphiques (1943-1944) »)



Courrier de Mme veuve Labar-Charpentier, exposant les circonstances de la mort de son mari

« M. Hardy, ex-chef de la brigade de gendarmerie d’Asfeld, qui était quasi journellement en relation avec le maquis m’a lui aussi certifié que M. Robert lui avait, dans la journée qui suivit la mort de mon mari, rapporté que ce dernier, après avoir été blessé au cours d’une mission de sabotage, avait été massacré sur place par une patrouille allemande. »

« Madame Guillaume Claudine, secrétaire de Mairie à Sault-les-Rethel, a précisé que M. Pierre Labar avait été retrouvé mort dans le fossé  […] les gendarmes allemands se contentèrent […] comme ils le firent à moi-même, de lui dire, “une de nos patrouille a tué un terroriste” ».

 

Témoignage de M. Georges Robert, "Dany", ex-lieutenant de la 2e Compagnie FTP


« Pierre Labar était un des “vieux” du maquis, la plupart de ses membres étant des jeunes dont certains avaient à peine 17 ans. C’est sans doute pourquoi Pascal lui confia le commandement de cette mission… Lorsque, au matin, les trois jeunes rentrèrent au maquis [distant d’une dizaine de kilomètres], ils annoncèrent qu’ils avaient laissé Pierre blessé derrière eux, mais aussi que dans leur fuite ils avaient abandonné leurs armes…  Pascal leur passa un savon ! Il leur donna l’ordre de retourner sur leurs pas et d’aller rechercher leurs armes. Ce qu’ils firent sans rechigner… »


100 0575

Le lieu dit "La Vignette" à Sault-les-Rethel, où fut tué Pierre Labar
 

 

Issue d’une scission de la 5e Compagnie F.T.P. du Secteur sud des Ardennes, le « détachement Pascal » commandée par Pierre Luizard, alias « Capitaine Pascal », prit la forme d’un maquis constitué à partir de la fin du mois d’avril 1944, et composée dans un premier temps d’une quarantaine de réfractaires et de volontaires. Situé dans un premier temps dans un bois entre Blanzy et Roizy, il sera déménagé d’urgence devant l’imminence d’une attaque allemande dont Pascal avait été prévenu par le commandant de la gendarmerie d’Asfeld, René Hardy. Il s’installera ensuite dans les bois de Bertaucry, entre Sault-Saint-Rémy et Boult-sur-Suippes (Marne), puis dans les environs de Saint Loup Champagne (c'est probablement là qu'il était installé lorsque fut tué Pierre Labar). L’action du maquis se confond dans un premier temps avec celle de la 5e Compagnie F.T.P. (sabotages d’écluses sur le canal latéral à l’Aisne, attaque de formations allemandes, sabotage de la ligne téléphonique souterraine Paris-Bruxelles, attaque au bazooka, le 9 juin 1944, d’un train sur la ligne de chemin de fer entre le Châtelet-sur-Retourne et Bazancourt...).
Le 15 août, sur ordre de Pascal, le maquis doit joindre la forêt du Mont-Dieu pour créer une tête de pont au nord de la rivière Aisne. Cette formation autonome va devenir la 2e Compagnie F.T.P. des Ardennes. Le maquis du Mont-Dieu, fort d’une centaine d’hommes, se livrera à des actions de sabotages et au harcèlement des troupes allemandes en déroute et se déplacera vers le Mont Damion puis vers la forêt de Dieulet. C’est là que lui parviendra l’ordre de  participer à la libération de Charleville, notamment dans la réduction de la poche de résistance allemande sur le plateau de Berthaucourt que les FTP prendront d’assaut le 5 septembre 1944.



ftp

Défilé de la 2eCompagnie à la Libération, place Ducale.
De gauche à droite : le lieutenant Rousseau, le capitaine Jacquot, « Pascal », Alphonse Desté (photo G. Robert)


Sources : sur Pierre Labar, sur la résistance FTP dans les Ardennes, lire Ami, si tu
 tombes
... et Le temps des partisans.

Published by philippe lecler - dans Des hommes
commenter cet article
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 16:46

J’ai appris le décès récent de René Delvaux, que j’avais souvent rencontré dans le cadre de ces recherches sur la Résistance, et qui m’avait accueilli, avec son épouse, Paulette, dans leur ferme du Petit Ban. La presse locale n’a pas consacré d'article à celui qui fut un véritable héros de la Résistance (je sais que ces superlatifs apparaissent suspects sinon outranciers, et je ne les utilise que rarement, et toujours à bon escient). Il était le dernier représentant encore en vie du maquis de Launois.  

 

Fils d’un agriculteur de Viel-Saint-Rémy, René Delvaux est, avec Yvon Legroux et Paulin Brichet, le fondateur du maquis de Launois au printemps de 1943. Réfractaires au STO, les jeunes gens s’installent dans des cabanes dans les bois d’Hameuzy et dans les granges des villages environnants où ils trouvent de nombreuses complicités. Rapidement, la nouvelle de la formation d’un maquis destiné à aider les réfractaires se répand et, par l’intermédiaire de la préposée des Postes de Launois-sur-Vence, Mme Gazagnaire, s’établit une filière par laquelle de nombreux requis viennent s’adjoindre au noyau initial.

Pour nourrir les hommes, le maquis va se ravitailler au détriment des exploitations de la WOL dont les bêtes sont volées puis abattues, dont les champs sont récoltés nuitamment... Les mairies sont attaquées pour se procurer les précieux tickets d'alimentation, de même pour les bureaux de tabacs mis à contribution... Les agriculteurs, comme les commerçants de Launois (boulanger, épiciers…), apportent leur aide dans la mesure de leurs moyens : la solidarité s’organise autour de ces jeunes hommes qui refusent de se soumettre aux exigences de l’occupant.

 

« Maquis de Launois », installé sur le territoire de la commune de Viel-Saint-Rémy, au hameau d’Hameuzy. Que de localisations diverses pour ce maquis ! S’il est vrai qu’il changea souvent d’emplacement, pour des raisons de sécurité, René Delvaux, qui en fut tout de même à l’origine, ne l’appelait que le « maquis d’Hameuzy ».

 

Georges Matagne, responsable aux Jeunesses communistes de Villers-Semeuse, chef départemental du mouvement FTP (Francs-tireurs et partisans) vient rapidement organiser le maquis sur le plan militaire, notamment par l’initiation  de ses membres à la confection et au maniement d’explosifs. En octobre, René Delvaux devient officiellement commandant du maquis. Les premiers sabotages sont réalisés : l'écluse d'Attigny saute, du matériel de la WOL est détruit ou saboté.

Au cours du mois de novembre 1943, des équipes réalisent huit sabotages contre les voies ferrées par déboulonnage des rails, méthode favorite des FTP : trois sur la ligne Sedan-Charleville, deux sur celle Hirson-Charleville, une sur la ligne Charleville-Givet, une sur la ligne Charleville-Rethel. C’est aussi au cours de mois de novembre qu’a lieu un accrochage avec les gendarmes de la brigade d’Asfeld à Bergnicourt. On sait que dans un échange de coups de feu, un gendarme fut tué. René Delvaux ayant participé à cette action, il m’en avait envoyé un récit très détaillé il y a quelques années. L’arme de service du gendarme sera retrouvée en possession d’un maquisard, René Isidore, arrêté à Mézières par la gendarmerie. Le jeune homme sera livré à la Gestapo et fusillé (ces épisodes ont été développés dans « Les Ardennais de la résignation à la résistance » dans L’affaire des Manises).

 

Dans la nuit du 15 décembre 1943, trois à quatre cents Allemands, informés par un dénonciateur, encerclent les bois du secteur. Les maquisards trouvés sur le terrain sont aussitôt arrêtés, les fermes environnantes sont méthodiquement fouillées. Les jours et les semaines suivantes, de vastes rafles auront lieu dans les villages, Launois, Viel Saint-Rémy, Dommery, les Allemands opérant de nombreuses arrestations dans la population.

Il y aura 13 fusillés et 11 déportés. Parmi ces derniers, le père de René Delvaux, qui fut déporté le 22 janvier 1944 vers le camp de concentration de Buchenwald. Transféré au camp de concentration de Mauthausen, il fut gazé gazé à Harteim (Kommando de Mauthausen) le 17 juillet 1944.

 

René Delvaux échappe aux Allemands. Sa tête mise à prix, il se cache, avec son camarade Marcel Picot, à Ecordal dans la ferme de la famille Sagnet qui participe à l’hébergement et à l’évacuation d’évasions d’aviateurs alliés. Nous avons déjà parlé de cet épisode (à la Libération, René  rentré dans les Ardennes épousa Paulette Sagnet, qui avait échappé à la rafle menée par la Gestapo à la ferme et l’avait rejoint dans l’Aisne où elle était devenue agent de liaison des FTP).

Après les arrestations de Picot et celle de la famille Sagnet le 1er avril 1944, René quitte le département pour suivre Georges Matagne dans l’Aisne où les deux hommes poursuivront la lutte au sein des FTP ; Matagne prenant la direction des opérations militaires pour ce département, René  étant nommé chef du secteur de Bohain-Ribemont où il organisera des groupes de combat, puis participera à la libération du département avec le maquis de Mennevret.

 

 

    État des services de René Delvaux dans les Ardennes

  (d’après l’attestation produite du 9 avril 1958)

 

  Transports d’armes et de munitions à destination du maquis depuis Saint-Germainmont

  Sabotage de l’écluse d’Attigny

  Sabotage de l’écluse de Bignicourt (Aisne)

  3 sabotages de voie ferrée à Donchery

  1 sabotage de voie ferrée à Monthermé

  2 sabotages de voie ferrée à Liart

  1 sabotage de voie ferrée à Faux

  Destruction d’une batteuse et d’un tracteur appartenant à la WOL à Librecy

  2 récupérations de cartes d’alimentation

  2 sabotages de voie ferrée à Faux et à Saulces-Monclin après l’attaque du    maquis  de Launois.

 

 

 

 

 

 Monument aux morts de Viel-Saint-Rémy. Deux stèles de part et d'autre portent les noms des victimes de la répression allemande de décembre 1943.

 

 

 


 rene delvaux art necro

L'Ardennais du 28 février 2009

Published by philippe lecler - dans Des hommes
commenter cet article
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 12:57

Georges-Henri Lallement est décédé à Charleville-Mézières. Il sera inhumé le 25 novembre à Herbeuval. Ce grand bonhomme, grand au sens propre comme au sens figuré, fut un résistant de la première heure qui joua un rôle considérable dans la lutte clandestine contre l'occupant. Infatigable défenseur des valeurs humanistes et républicaines, il continua son combat après la guerre au sein de l'Union ardennaise des FFI. Gardien respecté de la mémoire des combattants de l'ombre, il me fut donné maintes fois l'occasion de le rencontrer pour parler de la guerre, de sa guerre, sujet sur lequel il était intarissable.

Cette courte biographie sera comme un dernier hommage.


Henri Lallement est né à la Ferté-sur-Chiers le 7 mai 1913. Ses parents, modestes agriculteurs, s'installèrent à Herbeuval où Henri passa toute son enfance.

Il occupait, sous l’Occupation, le poste de receveur à l’Enregistrement à Rumigny. En avril 1942, il fut chargé par Henri Moreau (« Lucien »), responsable du Secteur de Signy-l’Abbaye, de rechercher dans la région de Rumigny des recrues pour former des groupes de résistance.

Au mois de février 1943, Lallement fut nommé chef de section. Il avait pour tâches l’animation des groupes locaux, l’approvisionnement en faux papiers, les liaisons avec les autres secteurs, l’hébergement d’aviateurs alliés et de Juifs évadés des Mazures. En juillet, il fut nommé adjoint au nouveau chef de Secteur de Signy-l’Abbaye, Adrien Fournaise (« Muirion ») et devint « Georges » (en référence au général), pseudonyme qu’il conservera et accolera à son patronyme après la libération.

Au mois de septembre débutaient les travaux d’aménagement du futur maquis Baïonnette, entre Rumigny et Blanchefosse. Des armes récupérées y étaient entreposées.

Le 24 décembre, Adrien Fournaise fut arrêté par la police allemande. Emile Fontaine (« Tanguy ») lui succèda. Georges fut nommé responsable des cantons de Signy-l’Abbaye, Chaumont-Porcien, Rumigny. Emile Fontaine conservait la responsabilité des cantons de l’Aisne (Aubenton,  Rozoy-Sur-Serre, Marle et Sissone).

Au mois de février 1944, les groupes de Georges et de Tanguy passaient à l’action et effectuaient leurs premiers sabotages (déraillements sur voies ferrées, destruction de la ligne à haute tension Lorraine-Hainaut le 22 mars).

 Le 31 mars 1944, Emile Fontaine fut arrêté puis exécuté par la Gestapo à Aubenton (Aisne). Georges assura sa succession et réorganisa les groupes locaux décimés par la police allemande.

Il fut nommé capitaine F.F.I. par le Commandant Fournier, avec comme zone de commandement les quatre cantons de l’Aisne et ceux de Signy-l’Abbaye, Rumigny, Chaumont-Porcien et Novion-Porcien dans les Ardennes (les groupes des cantons de Signy-l’Abbaye, Chaumont-Porcien et Novion-Porcien furent dirigés par le lieutenant F.F.I. Jean Blocquaux, dit « Arthur »).

Au mois de mai, le maquis Baïonnette devint le centre de commandement du secteur. Le maquis Sansonnet fut créé dans les bois de Liart, placé sous la direction d’Albert Petitfrère alias « Sansonnet » ou « Pierre ». Un autre maquis était fondé dans les bois de Signy-l’Abbaye, dirigé par René Servat, dit « Cabanon ».   

 Le 6 juin, la phrase de déclenchement des plans « Je porterai l’églantine » sur la B.B.C. provoquait la mobilisation des groupes de combat et de sabotage des maquis du secteur. Georges, dénoncé à la Gestapo, entra en clandestinité et se réfugia au maquis Baïonnette d’où il allait diriger les opérations de guérilla contre les troupes allemandes. A titre d’exemple, pour le seul mois de juillet, le groupe « Jojo » du maquis « Baïonnette » fut l’auteur de neuf sabotages ferroviaires, quatre sabotages de lignes téléphoniques, trois sabotages d’installations industrielles, deux récupérations d’armes sur l’ennemi… En vue des combats pour la libération, dans la nuit du 27 au 28 août 1944, la Centaine Blocquaux de Signy-l’Abbaye bénéficia d’un parachutage à Wagnon et réceptionna douze containers d’armes.

Enfin, le 2 septembre, les F.F.I. du secteur libéraient les bourgs de Rumigny et de Liart, précédant de peu les blindés américains, puis participaient au combat pour la libération de Charleville.

A la Libération, « Georges »-Henri Lallement siégea un temps au Comité départemental de libération, et dirigea la commission d’épuration de Mézières. Il fut ensuite nommé Directeur départemental du Service des Prisonniers, Déportés et Réfugiés qui devint l’administration des Anciens Combattants. A ce titre il s’occupa des Pupilles de la Nation, ce qui lui faisait dire avec humour : « J’ai eu 23 enfants dont j’ai eu la tutelle personnelle. Il n’y a pas beaucoup de famille aussi nombreuse que la mienne… »

Il avait pris sa retraite en 1978, et c’était entièrement consacré à l’Union ardennaise des F.F.I., dont il avait contribué à la fondation, et dont il avait assuré la présidence de nombreuses années.


Georges-Henri Lallement était Officier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre national du Mérite, Croix de guerre 1939-1945, Médaillé de la Résistance, titulaire de la Croix du Combattant volontaire de la Résistance, et de la Croix du Combattant volontaire1939-1945.

 

P. LECLER,  « La Résistance et la Libération. Entretiens avec Georges-Henri Lallement » dans Terres Ardennaises n° 88 d’octobre 2004

 

 

 

Georges-Henri Lallement (à gauche) à la tête de son groupe. Défilé des F.F.I. le 10 septembre 1944 à Charleville

(photo G.H. Lallement)



André Point, dit "Commandant Fournier" (à droite), chef des FFI, congratule G.H. Lallement lors d'une réunion de l'UAFFI, en 1947

(Photo Y. Robert)

Published by philippe lecler - dans Des hommes
commenter cet article
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 07:51

        Ce transport occupe une place particulière dans la déportation de répression. Il présente de remarquables similitudes avec celui des femmes du 24 janvier 1943. Ils furent les seuls transports de France vers Auschwitz composés dans leur très grande majorité de prisonniers politiques français.
Parti de Compiègne le 6 juillet 1942, le convoi des 45 000 est arrivé au camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz deux jours plus tard.
Il fut composé depuis le
camp d’internement de Compiègne-Royallieu
à partir de listes de détenus fort disparates : des « politiques » (1 100 hommes), c'est-à-dire une majorité écrasante de communistes, quelques socialistes et radicaux, des droits communs, et 50 à 56 Juifs.
Il s’agit d’un convoi de représailles, formé par l’administration militaire allemande afin de répondre aux attentats dirigés contre soldats et officiers des troupes d’occupation depuis l’entrée du Reich dans la guerre contre l’URSS et qui s’inscrit dans la lutte contre le « judéo-bolchevisme ». Après une période où
les fusillades d’otages avaient été systématisées après chaque action contre l’occupant, mais avaient montré leurs limites quant à leur pouvoir de dissuasion, la déportation « vers l’Est » devint un autre moyen de répression destiné à produire un effet de « terreur » durable dans les milieux résistants, et plus généralement, dans la population.

 

 Les Ardennais domiciliés et arrêtés dans un autre département

Charles, Joseph, BURTON 45316

Né le 24 janvier 1890 à Château-Regnault, domicilié à Bologne (Haute-Marne), ajusteur aux forges de la commune,
Le 7 juillet 1941, il est arrêté à Bologne par des Feldgendarmes. D’abord détenu à la prison de Chaumont, il est ensuite
transféré au camp allemand de Royallieu à Compiègne. Le 8 juillet 1942, Charles Burton est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 45316 (sa photo d’immatriculation a été retrouvée et identifiée par comparaison avec un portrait civil ; 01-2008). Il est l’un des rares “45000” photographié deux fois : l’opérateur a deviné que la première photo serait floue (bougée) et a refait
sa prise de vue aussitôt.
Charles Burton meurt à Auschwitz le 22 septembre 1942, d’après les registres du camp.
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Bologne, place de la Mairie.

Robert DAUNE 45427

Né le 1er août 1910 à Brevilly, domicilié à Longwy (Meurthe-et-Moselle).
Il est probablement arrêté le 5 février 1942, comme otage à la suite du sabotage du transformateur d’Auboué dans la nuit du 4 au 5 février ; action de résistance qui déclenche une vague d’arrestations dans le département.
Le 8 juillet 1942, Robert Daune est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 45427 (ce
matricule sera tatoué sur son avant-bras gauche quelques mois plus tard). Après l’enregistrement, les 1170 arrivants sont entassés dans deux pièces nues du Block 13 où ils passent la nuit. Le lendemain, vers 7 heures, tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau où ils sont répartis dans les Blocks 19 et 20. Le 10 juillet, après l’appel général et un bref interrogatoire, ils sont envoyés au travail dans différents Kommandos.
Le 13 juillet - après les cinq premiers jours passés par l’ensemble des “45000” à Birkenau - Robert Daune est dans la moitié des membres du convoi qui reste dans ce camp en construction choisi pour mettre en œuvre la “solution finale”.
Pris dans une sélection, il attend devant l’infirmerie, avec d’autre détenus, d’être conduit à la chambre à gaz. Epuisé, il s’évanouit devant la porte. Celle-ci s’ouvre discrètement et il est tiré à l’intérieur. Soigné clandestinement, il y reste caché après sa guérison. Ses camarades le dissimulant à chaque inspection, l’administration finit par le considérer comme mort.
En août 1943, lorsque les SS viennent chercher André Faudry et Georges Marin, respectivement gardien de nuit et coiffeur à l’infirmerie, pour les conduire en quarantaine au Block 11 d’Auschwitz-I, ceux-ci révèlent la présence de Robert Daune, qui retrouve ce jour-là une existence légale et est ramené avec eux.
À la mi-août 1943, il est parmi les “politiques” français rassemblés (entre 120 et 140) au premier étage du Block 11 - la prison du camp - pour une “quarantaine”. Exemptés de travail et d’appel extérieur, les “45000” sont témoins indirects des exécutions massives de résistants, d’otages polonais et tchèques et de détenus du camp au fond de la cour fermée séparant les Blocks 10 et 11. Le 12 décembre 1943, à la suite de la visite du nouveau commandant du camp, Arthur Liebehenschel, et après quatre mois de ce régime qui leur a permis de retrouver quelques forces, ils sont pour la plupart renvoyés dans leurs Blocks et Kommandos d’origine.
Le 3 août 1944, Robert Daune est parmi les trois-quarts des “45000” présents à Auschwitz qui sont de nouveau placés en “quarantaine”, au Block 10, en préalable à un transfert.
Le 7 septembre, il est dans le petit groupe de trente “45000” transférés - dans un wagon de voyageurs ! - au KL Gross-Rosen, dans la région de Wroclaw (matr. 40989).
En février, il est parmi les quinze “45000” pris dans des colonnes de détenus évacuées vers le complexe concentrationnaire de Dora-Mittelbau et répartis dans différents Kommandos. Avec, Georges Gallot, Robert Daune est affecté à Dora-Harzungen.
Le 11 avril 1945, Dora est évacué. Maurice Courteaux et Robert Daune sont dans des colonnes dirigées à marche forcée vers Hambourg. Maurice Courteaux s’évade en route, mais Robert Daune est conduit jusqu’à Bergen-Belsen (probablement au sous-camp dit « de la caserne ») où il est libéré le 15 avril.
Il décède le 27 août 1986.

  Louis, Félix, ARMAND 46216

Né le 7 juillet 1898 à Charleville, domicilié à Joeuf (Meurthe-et-Moselle).
Il est probablement arrêté le 5 février 1942, comme otage à la suite du sabotage du transformateur d’Auboué dans la nuit du 4 au 5 février. Le 8 juillet 1942, Louis, Félix Armand est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 46216 (sa photo d’immatriculation n’a pas été retrouvée).
Il meurt à Auschwitz le 19 septembre 1942, d’après les registres du camp, alors qu’a lieu une grande sélection des inaptes au travail. Au cours de deux journées consécutives, les 18 et 19 septembre, 146 des « 45 000 » sont inscrits sur le registre des décès, probablement gazés dans les chambres à gaz du centre de mise à mort situé à Birkenau. Celles-ci fonctionnent principalement pour l’extermination des Juifs dans le cadre de la “Solution finale”, mais, jusqu’en mai 1943, elles servent également à éliminer des détenus, juifs ou non, considérés comme « inaptes au travail » (opération commencée en avril 1941, dans d’autres camps, sous le nom de code 14 f 13). Les détenus d’Auschwitz-I sélectionnés pour la chambre à gaz sont amenés en camions à Birkenau. Quelquefois, ils attendent la mort au Block 7 de ce camp.
La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. du 10-06-1987).

Léon BUSARELLO 45318

Né le 20 mars 1894 à Fagnon, domicilié à Soissons (Aisne).
Le 8 juillet 1942, Léon Busarello est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 45318 (sa photo d’immatriculation a été retrouvée).
Il meurt à Auschwitz le 30 novembre 1942, d’après les registres du camp.

Camille MOINET 45882 

Né le 3 août 1901 à Laifour, cheminot surveillant  domicilié à Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne).
Il est arrêté le 19 octobre 1941, lors d’une vague d’arrestations décidée par l’occupant contre les communistes de Seine-et-Marne, arrêtés comme otages en représailles de distributions de tracts et de destructions de récolte ayant eu lieu dans le département.
Le 8 juillet 1942, Camille Moinet est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 45882 (sa photo d’immatriculation n’a pas été retrouvée).
Il meurt à Auschwitz le 14 janvier 1943, d’après les registres du camp.
La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. du 27-08-1996).

  Henri ANDRÉ 46215 ? 

Né le 13 janvier 1916 à Mézières, domicilié à Paris 5e, imprimeur à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).
Le 25 janvier 1941, il est arrêté pour activités communistes et emprisonné à la Maison d’arrêt de la Santé, puis, le 7 avril, à celle de Fresnes. Il est probablement jugé et condamné à une peine de prison.
Le 18 mars 1942, il fait partie des dix jeunes communistes remis aux autorités d’occupation à la demande de celles-ci et transférés au camp allemand de Royallieu à Compiègne. Le 8 juillet 1942, Henri André est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I), peut-être sous le numéro 46215, selon les listes reconstituées (aucune photo de détenu de ce convoi n’a été retrouvée après le matricule 46172).
Il meurt du typhus dans le courant du mois de septembre 1942, selon son ami Louis Faure.

Auguste DARDENNE 45423

Né le 26 juin 1905 à Pouru-Saint-Rémy domicilié à Pantin (Seine-Saint-Denis).
 Le 8 juillet 1942, Auguste Dardenne est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) ; peut-être sous le numéro 45423, selon les listes reconstituées (sa photo d’immatriculation n’a pas été retrouvée).
Il meurt à Auschwitz le 18 septembre 1942, d’après les registres du camp, alors qu’a lieu une grande sélection des “inaptes au travail” (probablement gazé).
La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. du 1-03-1988).

Pierre, Joseph, RAUNIER 46034


Né le 7 novembre 1920 à Pouru-sur-Rémy, mécanicien automobile domicilié à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).
Après l’interdiction des organisations communistes (26 septembre 1939), il adhère à la cellule clandestine des Jeunesses communistes du Fort d’Ivry qui se réunit clandestinement sur les glacis du Fort. Le groupe est victime d’une dénonciation. Le 3 septembre 1941, il est arrêté par le commissaire de police d’Ivry avec neuf camarades, dont Guy Gratiot et Raymond Blais, et inculpé d’infraction au décret du 26 septembre 1939 (dissolution et interdiction des organisations communistes). Incarcéré rapidement à Maison d’arrêt de la Santé (?), il bénéficie d’un non lieu le 15 novembre et est relâché le lendemain, comme ses deux camarades. Néanmoins, la police le considère comme un communiste « fervent ».
Le 28 avril 1942, il est arrêté à son domicile lors d’une grande vague d’arrestations (397 personnes) organisée par « les autorités d’occupation » dans le département de la Seine et visant majoritairement des militants du Parti communiste clandestin. Les hommes arrêtés sont rapidement conduits au camp allemand de Royallieu à Compiègne. Un mois après son arrestation, Pierre Raunier envoie une carte depuis Compiègne dans laquelle il demande des vêtements chauds pour aller travailler dans un camp. Quand son père vient lui apporter, il est déjà parti.
Le 8 juillet 1942, Pierre Raunier est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 46034 (sa photo d’immatriculation n’a pas été retrouvée).
On ignore la date exacte de sa mort à Auschwitz ; très certainement avant la mi-mars 1943.

Georges, Valère, VINSOUS 46199 

Né le 13 octobre 1897 à Rumigny, employé à la SNCF domicilié à Chelles (Seine-et-Marne).
Le 8 juillet 1942, Georges Vinsous est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 46199 (sa photo d’immatriculation n’a pas été retrouvée). Le 13 juillet - après les cinq premiers jours passés par l’ensemble des “45000” à Birkenau - Georges Vinsous est dans la moitié des membres du convoi qui reste dans ce camp en construction choisi pour mettre en œuvre la “solution finale”.
Georges Vinsous meurt à Birkenau le 5 janvier 1943, d’après les registres du camp.
La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. du 1-09-2001).

Lucien, Léopold, LEHMAN 46293 

Né le 16 juillet 1895 à Sedan, employé de bureau domicilié à Cabourg (Calvados).
Le 1er mai 1942, il est arrêté par la police française. Figurant comme Juif sur une liste d'arrestations demandées par la Kommandantur de Caen à la suite du déraillement de Moult-Argences, il est conduit à la gendarmerie de Dives-sur-Mer.
Le 4 mai, il fait partie du groupe de détenus conduits à la gare de marchandise de Caen pour être transféré au camp allemand de Royallieu à Compiègne. Ils y arrivent le 5 mai, en soirée. Lucien Lehman y est enregistré sous le matricule 5293.
Selon les listes reconstituées du convoi, Lucien Lehman est déporté comme otage juif.
Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le 8 juillet 1942, Lucien Lehman est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) sous le numéro 46293 (aucune photo de détenu de ce convoi n'a été retrouvée après le matricule 46172).
Il meurt le 10 août 1942, selon les registres du camp.


Les Ardennais domiciliés et arrêtés dans le département

 

Julien JURION 45701

Né le 25 mai 1895 à Renwez, domicilié en cette commune. Il était avant la guerre secrétaire de la cellule communiste de Renwez.
Le 19 octobre 1941, il est arrêté par la Feldgendarmerie lors d’une vague d’arrestations contre des membres présumés du Parti communiste clandestin (Jules Ruchot, Clément Auburtin, Eugène Visse, Gaston Gillet, Jean De Bloedt, Jules Michel, Ernest Tréseux).
Conduit à la prison de Charleville et enfermé dans une cellule individuelle. Le 22 octobre à l’aube, il est parmi les huit détenus conduits à la gare pour monter dans un wagon réservé. Le jour même à 12 heures, ils arrivent au camp allemand de Royallieu à Compiègne.
Le 8 juillet 1942, Julien Jurion est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) ; peut-être sous le numéro 45701 selon les listes reconstituées (la photo du détenu portant ce matricule n’a pas été retrouvée).
Il meurt à Auschwitz le 29 octobre 1942, d’après les registres du camp.
La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. n° 245 du 21-10-1994).

Ernest, André, TRÉSEUX 46156

Né le 9 juin 1906 à Rocquigny, ouvrier domicilié à Sedan-Torcy. Avant la guerre secrétaire communiste de la cellule de l’usine Saint Denis.
Le 19 octobre 1941, il est arrêté par la Feldgendarmerie lors d’une vague d’arrestations contre des membres présumés du Parti communiste clandestin (Voir la notice précédente).
Le 8 juillet 1942, Ernest Tréseux est enregistré au camp souche d’Auschwitz (Auschwitz-I) ; peut-être sous le numéro 46156 selon les listes reconstituées (la photo du détenu portant ce matricule n’a pas été retrouvée).
Il meurt à Auschwitz le 4 novembre 1942, d’après les registres du camp.
La mention “Mort en déportation” est apposée sur son acte de décès (J.O. n° 128 du 3-06-2001).

Les noms de Julien JURION et Ernest TRESEUX ne sont pas inscrits dans la pierre sur le Mémorial de Berthaucourt !


 

        Pour aller plus loin dans l'histoire de ce convoi, cet excellent ouvrage de C. Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, éditions Autrement, Paris, 2005.

                Le site de l’association
Mémoire Vive est consacré aux convois des « 31 000 » et des « 45 000 », les deux seuls convois de déportés politiques partis de France à destination du camp de concentration d’Auschwitz. L’association recherche tous renseignements sur les déportés de ces deux convois. Le cas échéant, contactez-les (via le site)…

Published by philippe lecler - dans Des hommes
commenter cet article