Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 10 mars à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Xavier Chevalier : "Le Kronprinz, mythes et réalités".

 

 

 

5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 18:03

 

Édition du 70e anniversaire du débarquement

 

Le 12 avril 1944, trois hommes sont parachutés de Londres près de Mourmelon-le-Grand. Ils sont les éléments précurseurs de la mission interalliée « Citronelle », dont l’objectif est de coordonner les actions de la Résistance ardennaise avec les plans de l’État-major suprême des Forces expéditionnaires alliées en prévision du débarquement sur les côtes de France.

  Une fois transportés dans les Ardennes, les officiers de Citronelle fondent un maquis, qui prend le nom de son chef : ce sera le maquis Prisme, connu aussi sous le nom de maquis des Ardennes, ou maquis des Manises.

Installé sur les hauteurs de Revin, près du ruisseau des Manises, le maquis est encerclé puis attaqué par des troupes allemandes le 12 juin. 106 hommes trouvent la mort dans cet engagement. Mais le maquis se reconstitue, subissant les assauts de l’ennemi lors des combats des 2 et 24 août.

 En septembre, alors que la libération se fête dans la joie, le poids des victimes du maquis des Manises est trop lourd. On réclame justice pour les martyrs : l’affaire des Manises passionne l’opinion publique. Après plus d’une année d’instruction judiciaire, le 16 octobre 1945, s’ouvre devant la cour de justice de Nancy l’un des plus longs procès de l’épuration concernant les affaires ardennaises…

 

BookCover detail

 

Le maquis des Manises (Ardennes, 1944-1945), suivi de la nouvelle édition, revue et corrigée de L'affaire des Manises

 

 

Fruit de dix années de recherches, cet ouvrage, riche de plus de 60 photos et documents, se présente comme une somme des connaissances concernant le maquis des Manises et couvre toute la chronologie de son activité, de son installation au procès de Nancy.

Dans une première partie totalement inédite et rédigée à partir des archives de la mission « Citronelle » conservées à Londres, Il dégage une conception totalement nouvelle de ce que fut cette unité combattante.

Dans une seconde partie, la nouvelle édition de « L’affaire des Manises », ouvrage qui connut en son temps un immense succès de librairie, propose au lecteur une analyse rigoureuse des événements qui permet de comprendre le drame qui s’est joué sur les hauteurs de Revin, au plus profond de la forêt ardennaise, en ce mois de juin 1944.

 

  • Broché: 268 pages
  • Editeur : CreateSpace Independent Publishing Platform
  • ISBN-10: 1493738755
  • ISBN-13: 978-1493738755
  • Dimensions : 27,9 x 21,6 x 1,5 cm

 

Commander le livre sur Amazon.fr

 

Pour accompagner cette publication :


Samedi 21 juin, de 13 h 30 à 18 h, sortie à Revin, avec la SHA : "Maquis des Manises, histoire et mémoire de la Résistance dans les Ardennes" (voir ci-contre dans la rubrique "Rendez-vous")

 

Conférence aux Archives départementales au mois d'octobre prochain.

 

 

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Bibliographie
commenter cet article

commentaires