Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 10 mars à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Xavier Chevalier : "Le Kronprinz, mythes et réalités".

 

 

 

27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 07:32

À Tout seigneur… La « Société d’Études Ardennaises » publie 1914-1918, l’autre résistance, qui constitue le numéro 41 de sa prestigieuse revue. Cette édition propose de retrouver les articles des intervenants du colloque organisé au musée Guerre et Paix de Novion-Porcien les 26 et 27 septembre 2008 sur le thème de la Résistance dans les Ardennes et dans sa région pendant la Première Guerre mondiale (j’en avais livré quelques réflexions ici).

   Au sommaire :  

 Écrire pour ne pas oublier

Les témoignages privés relatifs à la guerre 14-18 conservés aux Archives départementales des Ardennes, Violette Rouchy-Lévy.

Les troupes allemandes et l’occupation du nord du département de la Meuse à travers des témoignages écrits privés, Jean Lanher.

Des élèves racontent leur guerre : composition française d’enfants réfugiés dans les Alpes-Maritimes, Jean-François Saint-Bastien.

Des adultes écrivent la guerre : les cahiers d’Alcide Aubert de Taillette et d’Alexandre Guérin de Vendresse, Marie-France Barbe.

Résister en exil : l’exemple de L’Ardennais de Paris, Nicolas Charles

 Figures de résistants, volonté de résister

Fuir les Ardennes occupées pour servir dans l’armée française : l’itinéraire de l’instituteur Malicet, Béatrice Gonel.

Pommes de terre cachées à l’ennemi : un exemple original de résistance villageoise, Gilles Déroche.

Ardennais de souche, Ardennais de cœur : deux évêques dans la Grande Guerre, Jean-François Boulanger.

Georges Corneau et la défense des Ardennes, Jérémy Dupuy.

Résister dans les départements envahis : entre définitions et typologie, François Cochet.

 La résistance des troupes allemandes : tenir à l’arrière du front

La résistance de l’armée allemande face à la marche en avant de la 4e armée du Général Gouraud, Jean-Pierre Létang.

Le repos des guerriers : le cimetière allemand de Noyers-Pont-Maugis, Gerhard Händschke.

Annexe : 14-18 à travers les publications de la S.E.A. Petit survol bibliographique des numéros d'Etudes Ardennaises et de la Revue Historique Ardennaise, Pascal Sabourin.

 

 On notera avec beaucoup de satisfaction que le site de la SEA est désormais opérationnel à cette adresse :  http://www.histoire-ardennes.fr/  

couv%20rha%2041

Un numéro exceptionnel de la revue Terres Ardennaises consacré à Mai 1940 avec, comme d’habitude, des articles de très grande qualité.  Pour plus de renseignements sur l’association et ses publications, le site internet de Terres Ardennaises fait peau neuve : http://terres.ardennaises.free.fr/

   terreardennaise

  Enfin, vient de paraître aux éditions Noires Terres (Louvergny,  2010) un livre de René Boly, L’orge et La Terre, récit consacré à deux paysans ardennais victimes de la guerre. Le premier, dont  le cas a été largement traité en ces pages (et dans l’ouvrage Le temps des partisans) est Eugène Andrieux. L’autre est Émile Godet, agriculteur à Sery, qui refusa d’évacuer en mai 1940 (j’avais évoqué son cas dans Ami, si tu tombes).Entre dénonciation des horreurs de la guerre, hommage à des valeurs que l’on voudrait éternelles de la terre et drame paysan, L’orge et La terre reste un récit historique ancré dans le terroir dont la fine plume de René Boly fait ressortir toutes les saveurs.

  lorge et la tere 

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Bibliographie
commenter cet article

commentaires