Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 10 mars à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Xavier Chevalier : "Le Kronprinz, mythes et réalités".

 

 

 

16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 07:05

Cette nouvelle publication restitue les mémoires d'un ancien agent secret du BCRA, les services gaullistes de renseignements et d'action de Londres.

 

511WqGxd4LL. SX385

Bob Dupuis a 19 ans en 1940. Engagé dans la marine, il est fait prisonnier près de Brest, s’évade et parvient à rentrer à Lyon, d’où il est originaire. Il rejoint son unité à Toulon, mais pour peu de temps et il assiste, la rage au ventre, au sabordage de la Flotte française. Libéré de toute obligation militaire, il est enrôlé au début de 1943 dans la Résistance par un des adjoints de Jean Moulin à Lyon. Spécialisé saboteur, il participe à de nombreuses opérations. Mais à la fin de l’année son réseau est démantelé, Bob passe en Espagne et rejoint Londres. Intégré au BCRA, il est choisi pour mener en France occupée une nouvelle mission : armer les formations de la Résistance et constituer des centaines aguerries en prévision du débarquement. C’est ainsi que Bob est déposé par opération de Lysander près de Châteauroux dans la nuit du 30 avril au 1er mai 1944. Après avoir pris ses contacts à Paris, il arrive avec son opérateur radio dans les Ardennes au moment du débarquement. Bob contribue ainsi à l'armement et à l'organisation des FFI et il participe en septembre 1944 à la libération de Charleville aux côtés de troupes américaines.


carte didentite 1Fausse carte d'identité fabriquée à Londres


Robert Dupuis a longtemps été un clandestin, pendant mais aussi après la guerre. Il a vécu plusieurs vies, successivement et simultanément : Bob fut son nom de guerre, familier à ses interlocuteurs des Ardennes en 1944 (c’était « le lieutenant Bob »), il lui est resté ; Bernard Lièvre fut une de ses fausses identités, tout comme Bernard Gendre, qui fut sa « légende » comme on dit dans les services secrets, Gendre que les Anglais adaptèrent en John Drew (« Gen-dre ») ; Arthur 9 fut son pseudo dans le réseau Action du BCRA en 1943, quand il officiait comme saboteur ; Pharaon, son nom de code lors de l’opération ORGANIST ; Constant, sa signature radio ; Rémy, le pseudo qu’il utilisait couramment lors de ses déplacements et de ses rencontres avec les résistants ardennais…

Plus qu’un livre de souvenirs, cet ouvrage est surtout un livre d’histoire dédié aux Français libres.


Pour l’instant, on ne peut que le commander par internet, en cliquant ici…

Partager cet article

Published by philippe lecler
commenter cet article

commentaires