Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 12 mai à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Grégory Kaczmarek : "La grande grève revinoise de 1907 : cinq mois de combats ouvriers".

Vendredi 16 juin à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Philippe Lecler : "Pol Renard, un héros de la Résistance".

 

 

23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 07:17

Couvertur.Né le 19 juin 1922 à Nantes (Loire-Atlantique), Jacques Sourdille a vécu des engagements forts. Jeune résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut l'un des piliers du réseau de renseignements "Claude François" (du nom de son fondateur bien sûr), puis agent de liaison de l'adjoint du délégué militaire régional de la région Normandie-Bretagne. Arrêté par la police allemande en mai 1944, il fut déporté au camp de concentration de Neuengamme. Il devint ensuite un médecin ophtalmologiste de grande renommée, à l'hôpital Saint-Denis, à Paris et en Afrique de l'Ouest.
Jacques Sourdille fut aussi une personnalité politique aux parcours multiples. Gaulliste fidèle, réputé pour sa liberté de parole et d'action, il fut élu député puis sénateur des Ardennes et occupa le poste de secrétaire d'Etat à la Recherche dans le gouvernement Barre.
Passionné des Ardennes et enthousiasmé par la décentralisation, il présida le Conseil général pendant treize années. 

Les auteurs ont combiné témoignages et récits, recherches et analyses pour offrir au lecteur une biographie rigoureuse et cohérente de Jacques Sourdille.

 

D. Bigorgne (sous la direction de), Jacques sourdille, éditions de la Société d'études ardennaises, Charleville-Mézières, 2012. 

 

La presse en parle... 

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Bibliographie
commenter cet article

commentaires