Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 10 mars à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Xavier Chevalier : "Le Kronprinz, mythes et réalités".

 

 

 

2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 14:35
Discours de M. André Joly, président de l'Union ardennaise des FFI



Madame la Préfète des Ardennes décore Daniel Pollet, 85 ans, de la médaille des Déportés et Internés politiques.
M. Pollet fut arrêté par la police allemande en janvier 1943, pour détention illégale d'arme. Soumis au décret Keitel "Nacht und Nebel", il fut déporté au printemps 1943 au SS-Sonderlager Hinzert, où il fut jugé et condamné aux travaux forcés à perpétuité. Interné dans un camp sur l'Oder, puis au camp de concentration de Flossenbürg et ensuite à celui de Buchenwald.

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Actualité
commenter cet article

commentaires