Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 12 mai à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Grégory Kaczmarek : "La grande grève revinoise de 1907 : cinq mois de combats ouvriers".

Vendredi 16 juin à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Philippe Lecler : "Pol Renard, un héros de la Résistance".

 

 

22 avril 2007 7 22 /04 /avril /2007 21:49
    Je m'aperçois que j'ai omis de me faire l'écho de l'admirable travail de J.P. Husson publié récemment sur son site, "Le réseau d'évasion Possum, une histoire douloureuse, une mémoire partagée".

   
    La ligne « Possum », dénommée « Mission Martin » en Belgique et «Réseau Possum » en France, a été créée par le commandant belge d'aviation Edgard Potier, évadé de Belgique occupée en novembre 1941 et qui avait rejoint Londres en mars 1943. Parachuté en Belgique au mois de juillet suivant, il avait pour mission de mettre sur pied un système d'évacuation par air d'aviateurs alliés tombés en territoire occupé, ainsi que l'ouverture d'une ligne par l'Espagne. Le terrain d'action dévolu au commandant Potier allait du Luxembourg belge au triangle Laon-Soissons-Reims.
    Depuis la région de Florenville, en Belgique, il organisa la ligne
« Possum » qui trouva de nombreux relais dans les Ardennes et dans la Marne, jusqu'à Fismes notamment, point d'aboutissement de la filière d'évacuation par air, région où les Lysander britanniques venaient atterrir nuitamment pour récupérer leurs passagers (la première opération aérienne eut lieu le 12 septembre 1943). Rappelé à Londres le 13 novembre 1943, à nouveau parachuté début décembre en Belgique, le commandant Potier fut arrêté par la Sipo-SD le 29 décembre à Reims, à la suite d'une dénonciation. Le 11 janvier 1944, il se suicidait dans sa prison.

    Plus qu'une histoire de Possum, l'étude de J.P. Husson dresse le bilan de l'action du SOE dans la région, apportant de nouveaux éclairages sur l'activité de ses réseaux, dressant de nombreux portraits de ses agents, Français, Belges, Britanniques, voire Canadiens, qui, pour beaucoup, furent victimes de la répression nazie. Une étude exhaustive donc, et passionnante, qui fait aussi une large place à la mémoire de ce réseau oublié, ou, plus exactement, de ses mémoires partagées entre la France et la Belgique...

Lysander. Ce type d'appareil pouvait se poser sur tous les terrains, sur des aires d'atterissages très courtes et improvisées. Il fut utilisé par la RAF pour les opérations nocturnes de pick-up  pendant la Seconde Guerre mondiale (Photo : J.P. Husson)

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Documents
commenter cet article

commentaires