Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 12 mai à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Grégory Kaczmarek : "La grande grève revinoise de 1907 : cinq mois de combats ouvriers".

Vendredi 16 juin à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Philippe Lecler : "Pol Renard, un héros de la Résistance".

 

 

1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 20:59
    En juin 2004, un article du journal Le Monde consacré à la tragédie des Manises, « Massacre en Ardenne », signé de Gérard Davet, soulevait la polémique à Revin. Le journaliste m’avait contacté, je lui avais envoyé un résumé de mon bouquin, qui n’était pas encore sorti en librairie. L’article fut décevant, et passait à côté des vraies questions. L’auteur avait tout de même pris la peine de contacter Robert Charton qui lui avait, entre autres propos, déclaré : « Je n’étais qu’un maillon, j’ai couvert ceux qui étaient en dessous de moi, mes supérieurs ne l’ont pas fait à fait à mon égard. M. de Bollardière voulait plus de 800 hommes dans son maquis, tout simplement parce que plus il avait d’hommes, plus il aurait eu de galons par la suite. » Cette affirmation mit le feu aux poudres.

    Début août, je recevais copie d’un mémoire rédigé par M. Brasseur, 17 ans en 1944, qui s’indignait du traitement du sujet par le journal Le Monde, mémoire adressé à G. Davet, mais aussi au maire de Revin, à Mme veuve de Bollardière etc. Dans une lettre annexée, il me mettait en cause (alors que je n’étais pour rien dans cet article), se demandant si « Le journaliste du monde amorçait la promotion du livre à paraître » (car Davet m’avait cité dans son papier) ajoutant dans son mémoire « “L’Affaire des Manises” sera-t-il l’œuvre d’un chroniqueur, d’un censeur, d’un stratège… en guérilla… en 1944 ou d’un historien dans la plénitude du terme ? L’extrait cité est prometteur et inquiétant. » Quelque temps plus tard j’eus une longue discussion avec M. Brasseur, qui jamais ne remit en cause mon travail. Je n’en entendis plus parler.

 

    L’indignation de M. Brasseur, qui ne reçut jamais de réponse de la part du Monde, porta ses fruits. L’Union du 28 novembre 2006 nous apprend qu’un collectif créé pour protester contre les propos tenus par Robert Charton, (M. Brasseur (aujourd’hui décédé), Simone de Bollardière, André Patureaux, ancien résistant du maquis, Pierre Zachary, Gaëtan Laffont, André Joly de l'UAFFI), vient de publier avec le soutien de l’ASAF (« Association de soutien à l’armée française »), un livret tiré à 109 exemplaires (un pour chaque famille des fusillés), intitulé « Mémoire et Vérité ».

 

    J’attends avec impatience de le lire. Que va-t-on nous apprendre de nouveau sur le Maquis des Ardennes ? S’agit-il du mémoire de M. Brasseur, certes très intéressant, remanié, augmenté ? Des archives inédites ont-elles été retrouvées qui vont enfin répondre à ces questions : quelle ambition pour ce maquis ? (Les ambitions qu’avaient pu nourrir de Bollardière ne nous intéressent pas, d’ailleurs je n’ai jamais repris les allégations que R. Charton avait eues auprès de moi lorsque j’avais étudié la question) ? Qui enfin a donné l’ordre de faire monter les jeunes de Revin au maquis ? Dans quelles conditions ? À quelles fins ? Le livret remettra-t-il en cause les conclusions que j’ai tirées de cet épisode (ô combien tragique) dans mon livre ?

 

    Enfin, n’a-t-on pas encore compris la souffrance et le ressentiment de R. Charton, qui fut traîné devant la justice pour des faits dont il était, somme toute, innocent ? Ne lui pardonnera-t-on jamais que, coupable idéal, il ait pu se battre pour retrouver sa dignité, pour se défendre des accusations qui exonéraient trop facilement ses « supérieurs » des responsabilités qui leur incombaient en cette affaire (et qu’ils refusèrent d’assumer) ?

 

    Bref, l’affaire des Manises refait surface, à l’ancienne mode, en clouant au pilori et en bafouant encore une fois l’ancien chef de secteur de Revin.

 
À suivre…

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Documents
commenter cet article

commentaires