Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 12 mai à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Grégory Kaczmarek : "La grande grève revinoise de 1907 : cinq mois de combats ouvriers".

Vendredi 16 juin à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Philippe Lecler : "Pol Renard, un héros de la Résistance".

 

 

3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 07:28

                  La publication de la Revue Historique Ardennaise est toujours un événement. La dernière parution ne déroge pas à la règle que s'est toujours fixée la Société d'Etudes Ardennaises en termes de clarté, de sobriété, mais aussi de qualité dans le choix de ses articles. Le thème de cet opus étant relatif à des sujets qui nous sont chers, j'invite tous les lecteurs de ce modeste blog à sa découverte.

 On pourra y lire un remarquable article de J.P. Marby, "La 130 AV 3, Micheline Huck, Léon Habran, Raoul Lambert et Léon Thilie, une filière d'évasion de la zone interdite vers Reims", à la fois chronique familiale des temps de l'Occupation et étude de la filière de "passeurs" fondée par Micheline Huck à Vouziers et Léon Habran à Reims, qui fut démantelée par les arrestations menées par la police allemande en juillet 1942, et qui entraîna la condamnation et la déportation dans les camps nazis de ses initiateurs. La mémoire de cet épisode justement évoqué par J.P. Marby illustre très précisément les propos tenus par l'historienne Claire Andrieu dans une communication récente où elle évoque
" le cas d’une population résistante « non médiatique », celle qui s’engage dans l’hébergement des aviateurs alliés. La mémoire de cette aide existe peu dans les publications universitaires mais est très présente dans les familles [...] La mémoire de l’hébergement des soldats et aviateurs alliés n’a pas émergé dans l’espace public national, mais elle connaîtra peut-être la même évolution que la mémoire du génocide."

Pour en revenir à l'article de J. P. Marby, la sobriété dans la narration se double d'une très grande précision des faits et des sources. On retrouve la même rigueur dans le chapitre qu'il consacre à deux jeunes fusillés, Pierre Lambert et Pierre Gribouva, exécutés par les Allemands à Charleville à la veille de la libération de la cité et dont les noms sont inscrits à Berthaucourt.

Dans cette livraison encore, l’historien J.E. Andreux, découvreur du Judenlager des Mazures, consacre un article à trois Justes, avec en figure centrale celle d’Émile Fontaine, et J.F. Saint-Bastien publie le « Carnet de route » et d’exode de deux habitants d’Alland’huy.

Enfin, on lira avec attention les témoignages recueillis par M.F. Barbe et S. Laverdine auprès d'Etienne Brice, fondateur avec Paul Royaux et André Point de la Résistance ardennaise aux premières heures de l'occupation, et auprès de Denise Richard (qu'on a déjà pu lire ici). Du bel et bon ouvrage, en vente dans toutes les bonnes librairies et aux Archives départementales…

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Actualité
commenter cet article

commentaires