Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 10 mars à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Xavier Chevalier : "Le Kronprinz, mythes et réalités".

 

 

 

4 mars 2006 6 04 /03 /mars /2006 13:41
Le 1er septembre 1944, une unité de la Wehmacht stationnait près de l’ancienne église de Montmarin, commune de Givry-sur-Aisne. Quelques FFI d’Attigny, exaltés par l’approche des troupes américaines et la débandade allemande, entreprirent de monter à l’assaut de ce qu’ils ne pensaient être qu’une faible troupe fatiguée et démoralisée. Ils n’eurent pas le temps d’approcher : quatre d’entre eux furent fauchés en plein champ par les fusils-mitrailleurs ennemis. Les deux autres, qui avaient pensé prendre les Allemands à revers furent découverts et immédiatement fusillés… Un témoin du drame relata cet événement. Son récit sera publié dans Ami si tu tombes. En voici un extrait : 
De la cour de la ferme, on peut voir des Allemands qui viennent prendre position, dans le “Chemin des Pèlerins”, un chemin creux qui mène à l'église. Ils ont dû être mis en aler­te par les fusils-mitrailleurs qui étaient placés pour observer… Quelques balles sifflent dans nos baraquements… Des premières rafales de mitrailleuses parties du “Chemin des Pèlerins”, quatre des six résistants sont abattus alors qu'ils arrivaient à moins de cent mètres de ce chemin. Ces quatre hom­mes sont Oherlé, Chachour, Eloy et Jeaulin. Je les vois tomber dès les pre­mières rafales, sans qu’ils aient pu utiliser leurs armes 
Sont tombés à Montmarin :
ELOY Jean, domicilié à Charbogne, 24 ans
HOERLE Diégo, domicilié à Charbogne, 42 ans
CHACHOUR Abd El-Kader, domicilié à Charbogne, 25 ans
JEAULIN Paul, domicilié à Attigny, 24 ans
HUON Kléber, domicilié à Givry / Aisne, 34 ans
AVLANGE André, domicilié à Saulces-Champenoises, 35 ans

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Des lieux
commenter cet article

commentaires