Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 10 mars à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Xavier Chevalier : "Le Kronprinz, mythes et réalités".

 

 

 

19 février 2006 7 19 /02 /février /2006 17:44

Tous les moyens furent bons aux allemands pour dénigrer leurs adversaires et les ridiculiser (c'est de bonne guerre), espérant l'adhésion d'une partie de l'opinion publique française (souvent franchement anglophobe à l'époque, voire "anglophage" comme l'avait déclaré un contemporain). A une époque où il n'est pas toujours bien vu de s'adonner au dessin d'humour, je mets en ligne quelques extraits de cette affiche acquise à prix d'or (je plaisante) chez un bouquiniste. Datée de mai 1941, la "triste histoire..." commandée par les services de la Propaganda-Staffel en France fut tirée à 1 600 000 exemplaires par l'imprimerie Mazeirie à Paris et illustrée par les dessinateurs Mars et Trick.

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Documents
commenter cet article

commentaires