Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 12 mai à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Grégory Kaczmarek : "La grande grève revinoise de 1907 : cinq mois de combats ouvriers".

Vendredi 16 juin à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Philippe Lecler : "Pol Renard, un héros de la Résistance".

 

 

14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 16:03
undefined        Alors qu'a été inauguré le Mémorial de l'internement et de la déportation de Royallieu à Compiègne, le Conseil général de l'Oise vient de publier ce livre, premiere étude scientifique de l'histoire de ce camp.

    Ancienne caserne de l'armée française, le camp de Royallieu fut sous l'Occupation l'un des plus importants de France. Destiné par le régime nazi à l'internement des résistants et des opposants politiques, y furent enfermés aussi des civils raflés, des ressortissants des puissances alliées et des Juifs.
De la gare de Compiègne parti, le 27 mars 1942, à destination d'Auschwitz, le premier train de déportés quittant le sol français. 39 autres trains emportèrent, en un peu plus de deux ans, 40000 hommes et femmes du Frontstalag 122 vers les camps de concentration et d'extermination du Reich.


B. Husser, J.P. Besse,
 F. Leclere-Rosenzweig
Frontstalag 122, Compiègne-Royallieu,
Archives départementales de l'Oise

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Bibliographie
commenter cet article

commentaires