Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les abeilles

Et je sais qu’il y en a qui disent : ils sont morts pour peu de chose. Un simple renseignement (pas toujours très précis) ne valait pas ça, ni un tract, ni même un journal clandestin (parfois assez mal composé). A ceux-là il faut répondre :
« C’est qu’ils étaient du côté de la vie. C’est qu’ils aimaient des choses aussi insignifiantes qu’une chanson, un claquement des doigts, un sourire. Tu peux serrer dans ta main une abeille jusqu’à ce qu’elle étouffe. Elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué. C’est peu de chose, dis-tu. Oui, c’est peu de chose. Mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »
 
Jean Paulhan
« L’abeille », texte signé "Juste", paru dans Les cahiers de Libération en février 1944

Les rendez-vous

Vendredi 12 mai à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Grégory Kaczmarek : "La grande grève revinoise de 1907 : cinq mois de combats ouvriers".

Vendredi 16 juin à 18 h, aux Archives départementales à Charleville-Mézières, dans le cadre des vendredis de l'histoire de la Société d'Histoire des Ardennes, conférence de Philippe Lecler : "Pol Renard, un héros de la Résistance".

 

 

3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 09:04

La recherche relative à la mésaventure vécue par les soldats isolés derrière les lignes allemandes entre 1914 et 1918 et que j’ai relatée, pour l’épisode du Radois, dans la Revue Historique Ardennaise connaît des prolongements inattendus. Le lecteur profitera donc de ce blog pour en prendre connaissance.

Ce premier prolongement concerne la patrouille à laquelle appartenaient les cavaliers Peix et Rimbert, celle du 8e régiment de Cuirassiers qui fut envoyée le 30 août en reconnaissance sur la rive droite de l’Aisne. Il en est fait mention par le docteur Paul Drapier, maire de Rethel en 1914, dans « Les derniers jours de Rethel », article publié par l’Annuaire rethélois 1926, et cité par C. Dupuis dans Rethel - La guerre de 14-18 vécue par ses habitants (imprimerie Sopaic, Charleville-Mézières, 1998).

 

« Vers la fin de l’après-midi [du 30 août], le maire, se rendant à l’hôpital [de Rethel], voit un groupe de chasseurs à cheval à l’angle de la rue Lepoivre, le long du mur de l’auberge. Les cavaliers bouchonnent leurs chevaux ruisselants de sueur et d’écume. Le maire demande au lieutenant la raison de l’état de ces chevaux. Celui-ci lui dit que le détachement, chargé d’une reconnaissance dans la direction de Chaumont-Porcien, avait été tourné et poursuivi par un escadron de Uhlans auquel il avait échappé avec peine. La poursuite s’était continuée jusqu’à trois ou quatre kilomètres de Rethel. Le maire inquiet fait confirmer l’incident par l’officier au préfet. »

 

On se souvient que le 30 août au matin, deux reconnaissances du 8e Cuirassier alors stationné à Château-Porcien, avaient été envoyées sur la rive droite de l’Aisne, l’objectif (qui fut impossible à réaliser) étant de permettre le regroupement des différentes unités de la division au nord de Rethel, à Bertoncourt. (Voir JMO du 8e Cuirassier, 26 N 877 – 4, SHD, Vincennes. Consultable sur le site du ministère de la Défense.)

L’une de ces patrouilles fut dirigée sur Seraincourt. J’en ai parlé dans l’article en question. Elle fut décimée, et deux de ses membres trouvèrent refuge au moulin de Seraincourt, avant de rejoindre plus tard d’autres soldats isolés. L’autre patrouille, celle dont il est question ici, commandée par le sous-lieutenant de Fraville, se heurta à des troupes allemandes stationnées à Écly. Du rapport dressé ce jour, il ressort que le détachement eut à déplorer la disparition de deux hommes, et que trois de ses cavaliers furent capturés par l’ennemi.

 

Fiche de décès de l'un des deux disparus (source : Mémoire des hommes)

 

À suivre…

Partager cet article

Published by philippe lecler - dans Documents
commenter cet article

commentaires